Lavoirs de France

Photographie et histoire des lavoirs



Les lavandières de Dosches

(lavoir,Dosches,Aube,10,Champagne-Ardenne, France)

vrification de bulletins de salaire avec mon-expert-paie.fr
L’Est-Éclair 24 janvier 2001

Il y a, à Dosches, une vieille tradition qui veut que jadis les lavandières évitaient de faire la grande lessive le Vendredi Saint...sous peine de perdre leur mari dans l’année ! Elles s’abstenaient par ailleurs de changer draps ou chemises les vendredis pour éviter d’attirer le malheur sur la maison...

Liliane Najduch et sa cousine Léa Feugey se souviennent moins de ces superstitions que de l’activité qui régnait, il n’y a pas si longtemps, autour du lavoir de Dosches ou Saint-Pierre de Rosson. Jusqu’au milieu des années soixante-dix, elles l’ont assidûment fréquenté pour la lessive hebdomadaire.

" Chacune avait son jour, explique Léa. Mais la lessive avait plutôt lieu en début de semaine et le dimanche était consacré au raccommodage et au repassage.... "

Avant la construction de ces lavoirs au milieu du XIXème siècle (1848 pour Dosches), les lavandières étaient astreintes à deux "grandes lessives " annuelles, sans doute très éprouvantes. Installés au pied des églises de Dosches et de Rosson, les deux lavoirs communaux ont bénéficié des sources si abondantes à ces endroits. Ils sont immédiatement devenus des lieux de vie. " Les enfants venaient jouer autour et pêcher des grenouilles " se souvient Liliane. Les abreuvoirs dont ils étaient équipés voyaient passer les bêtes et les bouviers. Et puis surtout la cohorte des lavandières avec brouettes et lessiveuses.

Le blanc était mis à bouillir sur la cuisinière de la maison. Les vieilles lavandières y ajoutaient du "bleu " pour le rendre plus éclatant. La lessiveuse était transportée sur une brouette jusqu’au lavoir avec brosse, savon de Marseille et triolo. Et le linge était battu, rincé, tordu, puis plié pour être prêt à étendre. Le "léchu" , le jus de lessive du blanc, servait ensuite à laver le reste du linge : blouses ou vêtements de travail.

Même après l’arrivée de sa première machine à laver, vers 1974, Liliane a continué à y rincer les grandes pièces malcommodes : tapis, couvertures, couvre-lit ou ces grands draps dans lesquels son patron - un boulanger - faisait lever le pain.

Il y a bien chez Liliane et Léa un brin de nostalgie qui perce dans la voix, mais de regret, pas...Précision de Bernard Delemontey : le lavoir de Dosches est en mauvais état, au moment de ma photo en 2001. Dans une autre chronique, vous pouvez lire un article consacré à la restauration du lavoir de Rosson (hameau de Dosches), par l’association l’Arbre vert. Espérons que celui de Dosches bénéficiera lui aussi d’une belle restauration. Photographie du lavoir,Dosches,Aube,10,Champagne-Ardenne, France
voir aussi :
Lavoirs de L'aube
Lavoirs de Champagne-Ardenne
Lavoirs de Bourgogne-Franche-Comté

Nous contacter - Infos légales - CNIL - Plan du site