Lavoirs de France

Photographie et histoire des lavoirs



Association pour la sauvegarde du patrimoine de Chennegy

Bientôt des "thermes " à Chennegy-les-Bains

vrification de bulletins de salaire avec mon-expert-paie.fr
L’est Éclair du 3 décembre 1999 par Ronnie G. Martin

Il y a ceux qui les disent et ceux qui le font : pendant que des communes sommeillent gentiment sous le bla-bla de leurs responsables, d’autres se prennent en main et organisent leur mieux-être, sans fracas mais avec des résultats. Ainsi Chennegy, " le plus beau village du département " à en croire quelques citoyens motivés, s’éveille-t-il parfois au doux bruissement des pelles et des balais. Et ce ne sont pas forcément les entrepreneurs, les pros du boulot qui produisent ces sonorités sympathiques : cela peut aussi provenir des citoyens eux-mêmes.

" La commune compte 408 habitants " note le maire Gilles Dubois. Or à elle seule, l’association Chennegy-Le Valdreux SVP draine quelques 300 membres. ? " SVP " Sauvegarde et vie du patrimoine. Mais qu’y a-t-il donc à sauvegarder dans ce village othéen ? " Son riche passé historique laisse de nombreux vestiges ", s’insurgent les responsables de l’association, en rappelant leurs états de service : " En 1992, nous avons entamé notre premier chantier de restauration ; c’était celui de la chapelle Notre-Dame du Hayer, rescapée après la disparition de l’ermitage. La naissance de notre association est due au fait que pour financer les travaux, nous devions être structurés de manière officielle. Ainsi avons-nous pu recueillir des dons, qui ont afflué du village, des communes voisines et même plus lointaines, des artisans également qui nous ont fourni gratuitement des matériaux. De nombreux bénévoles ont participé aux travaux avec l’appui de collaborateurs qualifiés. La chapelle a été restaurée, de même que la statue de Notre-Dame du Hayer et la croix de fer forgé érigée sur le site. Un tilleul a été planté, des bancs et panneaux indicateurs construits et installés autour de la chapelle. " C’était la première expérience. Qui n’était pas une fin en soi pour les membres de l’association, puisqu’ensuite ils jetèrent leur dévolu sur le lavoir.

Monument en péril


" Ce lavoir a été construit à l’emplacement d’une des sources de la rivière l’Ancre, au lieu-dit Les Fontaines Janières " précisent les travailleurs bénévoles qui, samedi, opéraient sur les lieux dans une franche convivialité malgré le temps gris et humide. " Entièrement financé par la commune en 1856, il est resté très actif jusqu’aux années 60. Il est ensuite devenu ce qu’on peut appeler un monument en péril puisque ses soubassements se sont affaissés et que la toiture donne des signes de faiblesse. Il devenait urgent de le restaurer également. Les premiers travaux ont débuté en 1998 après l’accord de financement de la commune, du département et du SIARPO pour compléter la mise de l’association. "

Le nettoyage du site, le 10 octobre de l’an dernier, fut reconduit le 24 avril de cette année, et se poursuivait donc samedi par les soins de nombreux bénévoles conscients de préparer le terrain pour une phase plus technique de la restauration : prochainement, le mur façade, le soubassement, la chape et la vitrerie doivent être repris, tandis qu’on procédera au décapage du bassin et à la réfection du système de vannage. " Nous pensons prévoir l’inauguration de l’édifice rénové pour 2001 " avancent prudemment les volontaires qui songent déjà à des équipements additionnels comme un boulodrome, par exemple, afin d’attirer le plus large public possible. Une chose est sûre : la motivation ne baisse pas d’un cran et si on ne les arrête pas, ces gens-là vont finir par reconstruire l’ermitage. Mais pas avant le siècle prochain, c’est promis !

Publication du SIARPO (Pays d’Othe) Association Chennegy-La Valdreux 1999



Un peu de géographie.

Le lavoir a été construit dans un lieu particulièrement bien choisi, lieu-dit les Fontaines-Janières, l’une des sources de l’Ancre. D’où la garantie d’une eau pure et abondante en toutes saisons, même par temps de sécheresse.

Cette eau de source provient du Mont-Moyen qui est constitué géologiquement de roches poreuses (craie notamment) qui peuvent contenir de 50 à 100 litres d’eau par mètre-cube. Cette roche-réservoir ingurgite l’eau de pluie et la restitue plus ou moins rapidement, selon la loi de la gravité, par des fissures (diaclases) en partie basse.

À noter que le Pays d’Othe tout entier, massif de craie, représente un énorme réservoir d’eau salubre, parce que filtrée par la roche. C’est la raison pour laquelle le Baron Haussmann imagina, voici plus de 150 ans, de réaliser des captages au niveau de la vallée de la Vanne et de dériver cette eau vers Paris par des conduites le plus souvent souterraines, mais qui apparaissent parfois à la surface, pour des motifs de pente, sous la forme d’aqueducs.

Ces captages, dont l’un, celui d’Armentières, est très proche de Chennegy, sont aujourd’hui soigneusement entretenus et surveillés par la ville de Paris.

Un peu d’histoire. La construction du lavoir de Chennegy.


La nécessité du lavoir : il existait autrefois de nombreux lavoirs individuels au fil de l’Ancre (certains existent toujours) mais l’eau de la rivière était souvent polluée, notamment par le bétail qui venait y boire… et la souiller.

D’où le projet d’installer un lavoir en amont du cours d’eau, à proximité immédiate de la source d’eau pure. Ce fut l’objet de la pétition adressée en 1853 par les femmes de Chennegy à l’Empereur Napoléon III ; cette pétition étant restée sans suite, la municipalité de Chennegy décida en l’année 1856 de financer cette construction sur son budget propre.(voir copie du Registre de Délibération du Conseil municipal du 24 février 1856).

Un peu de sociologie. Le lavoir municipal, lieu de vie collective.


La fonction première du lavoir : la propreté.

La fonction seconde : un lieu de rassemblement et même d’échange.

Rappel historique : le lavoir n’était pas isolé comme c’est le cas aujourd’hui. À proximité immédiate : un ponton (mini-port) pour le flottage des bois sur la rivière l’Ancre. Non loin de là, une scierie et un moulin dont l’activité s’est poursuivie jusqu’en 1966.

Il faut donc faire un effort de mémoire collective pour restituer des lieux et ces scènes dans leur époque, y compris durant la guerre de 1914/1918, où le village de Chennegy connut une animation inhabituelle, en tant que cantonnement des troupes au repos (le front était alors à 100 km environ et l’on entendait le canon).
Le lavoir aujourd’hui.

Aujourd’hui, c’est un monument en péril qu’est devenu le lavoir. Le mur de façade a vu ses soubassements s’affaisser et la toiture mérite une réfection complète, à l’exception de la charpente dont le gros œuvre est en état convenable.

Il devient donc urgent de restaurer ce bâtiment sauf à accepter sa dégradation définitive et irrémédiable ; ce qui serait dommage pour le patrimoine immobilier de Chennegy et pour ses " lieux de mémoire". .

De la même manière, le département est actuellement très sensibilisé à ce problème de restauration des lavoirs, l’un des derniers dépositaires de l’âme des villages, ainsi que l’un des derniers lieux publics ouverts aux visiteurs. Un dossier, déposé en 1997, a reçu une suite favorable permettant une réalisation en partenariat avec pour Maître d’œuvre le SIARPO.

Les travaux : les premiers ont commencé le 10 octobre 1998 et le 24 avril 1999, notamment grâce au bénévolat d’une vingtaine de volontaires pour chaque journée. Il reste :

la poursuite du netteoyage du site par bénévolat ; la réfection de la toiture, du mur de façade, du soubassement, de la chape et de la vitrerie ; le décapage du bassin et reprise du système de vannage par bénévolat. Ces travaux sont financés par :

une subvention du SIARPO ;


une subvention du Conseil général ; à hauteur de 35 000 F par l’Association Chennegy-Le Valdreux S.V.P., le solde par la commune de Chennegy. Conclusion. Le projet a été mené à bien. Ce site devient un lieu d’animation et de convivialité pour tous. Photographie du lavoir,Chennegy,Aube,10,Champagne-Ardenne, France Photographie du lavoir,Chennegy,Aube,10,Champagne-Ardenne, France Photographie du lavoir,Chennegy,Aube,10,Champagne-Ardenne, France
voir aussi :
Lavoirs de L'aube
Lavoirs de Champagne-Ardenne
Lavoirs de Bourgogne-Franche-Comté

Nous contacter - Infos légales - CNIL - Plan du site