Lavoirs de France

Photographie et histoire des lavoirs



Le retour aux sources du lavoir de la Ville-aux-Bois

( La Ville-aux-Bois se trouve à 10 km est de Brienne-le-Château. )

vrification de bulletins de salaire avec mon-expert-paie.fr
Le lavoir se situe à mi-chemin de la mairie et de l’exceptionnelle église du 12ème siècle.

Le retour aux sources du lavoir de la Ville-aux-Bois Paru dans l’Est-Éclair en 2000

Le plus petit village de l’Aube s’est fait un point d’honneur à restaurer la totalité de son patrimoine communal.

Dernière réhabilitation accomplie : le lavoir. Résultat superbe.

La Ville-aux-Bois, au cœur de la forêt de Soulaines, est la plus petite commune de l’Aube.. Vraiment toute petite ! D’ailleurs, même depuis Épothémont, elle n’est pas indiquée...

Déjà que son effectif de dix-neuf habitants prêtait à sourire, le récent recensement fait état d’une population de... treize âmes. "En plus, il ne faut pas être superstitieux "! commente en souriant Henri Antoine, premier adjoint.

N’empêche, La Ville-aux-Bois peut en remontrer à bien d’autres communes plus grandes qu’elle en matière de valorisation du patrimoine. La magnifiquement intacte et exceptionnelle petite église du XIIème siècle a été superbement restaurée il y a quelques années. La réhabilitation du bâtiment de la mairie-école a suivi et la mise en valeur de la totalité du patrimoine communal vient de s’achever avec la restauration du lavoir. " Sans parler des travaux réalisés parallèlement en matière d’assainissement et de trottoirs ! " indique-t-il.

Le lavoir ne menaçait pas ruine mais " les murs étaient envahis de lierre qui pourrissait les bois et l’eau qui s’écoulait derrière le lavoir commençait à le détruire " explique le maire, Françoise Denizet. Et puis, situé à mi-chemin entre l’église et la mairie rénovée, un lavoir en mauvais état aurait fait désordre. " D’autant que le récent circuit touristique de la région de Soulaines passe par notre commune " souligne Henri Antoine. Tout concourait à revaloriser cet édifice à la taille de la commune, à plan rectangulaire soutenu par une superbe charpente.

L’an dernier, le conseil municipal a voté le budget de cette dernière opération. 143 000 F ! Une somme

Deux côtés au lieu de trois


" L’entreprise qui a réalisé les travaux nous avait d’abord proposé un devis beaucoup moins cher, mais comme le lavoir est à proximité de l’église qui est classée monument historique, le Service départemental de l’Architecture a imposé que la restauration du lavoir soit effectuée dans les règles de l’art, exclusivement avec du matériel ancien de récupération " explique Henri Antoine.

Comment la commune peut-elle assumer une telle dépense et de surcroît sans sourciller ? Le département a voté une subvention de 20 000 F. Mais surtout, La Ville-aux-Bois bénéficie chaque année - après avoir bénéficié d’importantes compensations lors de l’implantation du centre de stockage - de la taxe de l’ANDRA, sa toute proche voisine : une manne de trente mille francs bienvenue dans son budget. Ceci ajouté à cela permet d’éclaircir son horizon budgétaire.

Le résultat est superbe et les élus n’en sont pas peu fiers. Dans la magnifique charpente, il est pratiquement impossible de savoir quels sont les chevrons qui ont été changés puisque tous sont patinés par les ans. De même pour les nouvelles vastes dalles qui tapissent le fond du bassin où l’eau captée dans la nappe est glacée : " Ce sont des dalles anciennes que l’entreprise a eu bien du mal à trouver " commente-t-il. Les dalles du tour du bassin ont été nettoyées mais conservées et le sol du lavoir a été restauré en " briques debout" et les enduits des murs sont refaits à la chaux. " En retirant les tuiles, les ouvriers en ont trouvé une datée de 1908, preuve que le lavoir a dû être restauré cette année-là, mais il doit être plus ancien " ajoute-t-il. " On ne sait pas quand il a été édifié et malheureusement nous n’avons plus d’anciens au village qui puisse nous renseigner sur l’histoire ", souligne Françoise Denizet.

L’entreprise a pourtant apporté une modification notable au lavoir mais ce fut précisément pour lui restituer son profil d’origine : " Il était fermé sur trois côtés, sans doute pour éviter les courants d’air. Or la charpente le montre bien, à l’origine, il était fermé sur deux côtés seulement " précise Henri Antoine.

Il ne reste plus qu’à aménager les abords en y installant une pompe, une table et des bancs et à fleurir le lavoir. C’est à l’ordre du jour du prochain conseil !

Le lavoir attend, non plus les lavandières, mais les visiteurs...

Valérie Alanièce Photographie du lavoir,Ville-aux-bois,Aube,10,Champagne-Ardenne, France Photographie du lavoir,Ville-aux-bois,Aube,10,Champagne-Ardenne, France Photographie du lavoir,Ville-aux-bois,Aube,10,Champagne-Ardenne, France

voir aussi :
Lavoirs de L'aube
Lavoirs de Champagne-Ardenne
Lavoirs de Bourgogne-Franche-Comté

Nous contacter - Infos légales - CNIL - Plan du site