Lavoirs de France

Photographie et histoire des lavoirs



Resturation du lavoir d'Au-Rou de Sainte-Colombe-en-Bruilhois

Sainte-Colombe-en-Bruilhois, Lot-et-Garonne

Les Amis du patrimoine continuent leurs travaux de rénovation. Le lavoir d'Au-Rou, situé sur la route du Bois-noir, à la sortie du village, fait l'objet des plus grands soins. « La fontaine et son lavoir sont à l'origine de la légende de Sainte Colombe », explique Denise Maraval, la présidente. « Une jeune fille, un jour, s'arrêta près de la fontaine pour s'abreuver. Des brigands l'égorgèrent et deux colombes se posèrent sur son corps. Il fut décidé de la nommer Colombe… » Ainsi, depuis des mois, les bénévoles y consacrent du temps et de l'énergie.

De gros travaux
Munis d'une pelle mécanique, les bénévoles ont avant tout sorti la terre autour du bassin. Puis, ce dernier a été mis au jour après qu'ils ont oté les ronces et lierres qui l'encombraient. En septembre, c'était au tour de la vase : plus de 5 m3 ont été retirés à l'aide de seaux. En suivant, les travailleurs ont placé des drains pour l'évacuation du trop plein d'eau.

Samedi 26 novembre, Denise Maraval et ses amis se sont attaqués à l'escalier en pierre qu'ils ont reconstitué. Le prochain objectif est la reconstruction d'un mur avec l'aide d'un tailleur de pierre, Benjamin Dupuy, un jeune homme de Sainte-Colombe.

La présidente, insatiable sur l'historique du site, précise que le grand bassin servait à la lessive du linge de maison (draps, vêtements…) alors que le petit servait, lui, à laver les sacs de jute utilisés pour les pommes, le blé…

source : Sud-Ouest du 6 décembre 2011
Restauration du lavoir d'Au Rou

Les Amis du patrimoine, qui se sont donnés pour mission la restauration du petit patrimoine de la commune, travaillent tout au long de l'année afin de mettre au jour ou de redonner vie et fraîcheur à ces édifices, lavoirs, croix fontaines qui sont le témoin de l'histoire même du village. Le lavoir «D' Au Rou » et sa fontaine dateraient du XIe siècle. Il se situe à la sortie du village et il n'était même plus visible tellement la végétation avait envahi le lieu.

Pourtant, il est chargé d'histoire puisqu'il serait même à l'origine du nom du village. Selon la légende, un jour une jeune fille s'arrêta près de la fontaine pour s'abreuver, des brigands l'égorgèrent et deux colombes se posèrent ensuite sur son corps.

Il fut décidé de nommer le cillage Sainte-Colombe . Les travaux ont été très importants. «Après avoir dégagé le lavoir et la fontaine de sa végétation dense, il a fallu sortir au seau plus de 5 m3 de vase, poser du gravier autour et reconstruire une partie du mur», nous disait la présidente Denise Maraval. Les activités de l'association prévoient des circuits à thème sur le site des lavoirs, croix, églises, fontaines et pigeonniers, ainsi qu'une conférence sur l'historique du village.

La présidente nous confiait aussi que ce lavoir avec ses deux bassins servait à la lessive du linge pour le grand bassin et le petit bassin servait, lui, à laver les sacs de jute utilisés pour mettre les pommes de terre ou le blé… Les anciens racontent qu'une fois lavés, linge et sacs étaient étendus sur la haie qui se trouve au-dessus du lavoir. Un constat aussi qui fait plaisir à Denise ,la dévouée présidente des Amis du patrimoine , c'est que l'équipe s'agrandit ! Et à ce sujet si vous souhaitez vous aussi vous joindre au groupe, vous êtes les bienvenus. Contact Denise Maraval : 05 53 97 11 89. source :La dépêche du 10/12/2011

Rechercher

Ci-dessous les autres modes de recherche
Recherche textuelle
Toutes les régions
Par département
voir aussi :
Lavoirs de L'aube
Lavoirs de Champagne-Ardenne
Lavoirs de Bourgogne-Franche-Comté

Nous contacter - Infos légales - CNIL - Plan du site