Lavoirs de France

Photographie et histoire des lavoirs



La charpente du lavoir de Pont-Saint-Esprit sera renforcée

Pont-Saint-Esprit, Gard

Les usagers, les riverains et tous les utilisateurs de la rue Jean-Moulin, ont pu constater que leur voie de passage était redevenue normale. Le lavoir monumental situé en face la chapelle de l'Hôpital 'sauve' sa peau in extremis. Les barrières de sécurité installées immédiatement ont pu être ôtées car des travaux d'urgence ont, pour l'instant éloigné le danger. Un étayage réalisé par l'entreprise Bourgeois, à la demande de la municipalité, soutient les parties fragiles jusqu'au début des travaux.

Que s'est-il passé ? Dans la nuit du 6 au 7 novembre dernier, une poutre faîtière, certainement détériorée par le temps et "l'absence d'entretien" s'est affaissée brutalement. Les voisins ont même entendu le craquement provoqué par la chute de cette pièce de bois du XIXe siècle. L'édifice classé depuis 2005, dans l'inventaire supplémentaire des monuments historiques a été construit en 1832, sur les plans de Pralong, architecte de l'arrondissement d'Uzès. Ce dernier a également réalisé le lycée de la cité de l'Alzon.

Des données établies par l'architecte des Monuments historiques confirment le fait que ce monument est exceptionnel : "Cet édifice est impressionnant par ses dimensions, son traitement en pierre et par la présence de sculptures". Le plan est allongé avec des ailes de part et d'autres d'un corps central traité en 'serlienne' avec deux ouvertures carrées encadrant la grande entrée cintrée.

Le corps central se détache en hauteur et son traitement est privilégié : la clef de l'arcade représente un dauphin et de part et d'autre une tête barbue de Neptune encadrée de tridents. La construction est entièrement ouverte, rythmée par des piliers supportant les fermes de la charpente, seuls les angles sont maçonnés avec pilastres d'angle et fausses baies cintrées encadrées de brique.

Peu de lavoirs ont atteint une telle "monumentalité et un tel soin de composition et de décoration", estime Claire Lapeyronie, adjointe au maire en charge de la culture et du patrimoine. Il faut d'ailleurs rappeler que ce bâtiment vestige a résisté aux guerres, aux transformations alentours mais aujourd'hui, l'édifice est dans un état jugé inquiétant par les spécialistes. Ce lieu, jadis utilisé par les Spiripontains, a été "abandonné", peu à peu. Comme le chantait si bien Bécaud : "L'indifférence" a, pendant plus de quarante ans, engendré des dégradations quasiment irréparables sur l'un des symboles de la cité de l'eau. Aujourd'hui, la mairie s'est penchée au chevet de ce vieillard de pierre et va lui redonner une nouvelle jeunesse.

Source : Le midi Libre du 13/12/2011

Rechercher

Ci-dessous les autres modes de recherche
Recherche textuelle
Toutes les régions
Par département
voir aussi :
Lavoirs de L'aube
Lavoirs de Champagne-Ardenne
Lavoirs de Bourgogne-Franche-Comté

Nous contacter - Infos légales - CNIL - Plan du site